vendredi 22 janvier 2010

Purple Van with Tim Exile

Allez Hop c'est dit: Surement l'experience van la plus incroyable!
Putain c'etait la nuit, tard, vraiment tard (pour ne pas dire tot) Tim jouait au Batofar, et on devait le recuperer après son concert pour faire une petite demo dans le van, le temps qu'on le depose à son hotel.

Mais au final, du grand delir. Il a posé sa grande valise dans le van et l'a ouverte. Imagine les yeux de Mc Load qui s'imagine qu'il ne va pas pouvoir le faire! Puis au final c'était plus simple que ça. Il a commencé toute suite sans demander la permission. On s'est precipité à nous mettre au point et ça nous faisait marrer comme ça! Il ne s'est pas arretté. Le van tremblait! Il faisait un boucan pas possible, puis la peur de notre vie (comme d'habitude): les flics, qu'on croise sur l'avenue de France (15minutes50sec) mais ça ne la vraiment pas perturbé. Il improvise sur tout et n'importe quoi ("Hello Policeman!") et te transporte direct dans une autre galaxie. Si t'as la possibilité d'écouter le live au casque. Fais le sinon tant pis. Je m'y connais pas comme tout les tekos son qui s'exalte face à Tim Exil mais je peux dire que c'est assez impressionnant de voir sa performance en live.

Tim Exile (ou Exile) est le nom de scène de Tim Shaw, un producteur et interprète de musique électronique des genres drum and bass, IDM, breakcore et gabber.





Violoniste de formation classique, il se familiarise avec la musique électronique dès l'âge de 16 ans, et sort son premier disque de drum and bass en 1999. Dans les années qui suivent, il s'associe le plus souvent à Moving Shadow imprint, ainsi qu'au Beta Recordings de John B, rencontré à l'Université de Durham. Après avoir obtenu son diplôme de philosophie, il entreprit une maîtrise en arts de composition électroacoustique à Durham. Son style drum and bass devint de plus en plus expérimental et son premier album (Pro Agonist, 2005) sort sous le label Planet Mu de Mike Paradinas, plus généralement associé à la scène IDM.

Insatisfait des possibilités conventionnelles de l'activité de DJ, Exile a programmé ses propres instruments (utilisant d'abord Pure Data, mais rencontrant des problèmes, il changea pour Reaktor) afin de permettre des représentations improvisées, ce qui le mena à travailler pour Native Instruments.

Tim Exile Myspace